Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
VakAxL on the Rock ! A la conquête de l'ouest !

Que M…ierda !!

VakAxL

En une belle matinée patagoniène, après une bonne nuit de sommeil passée aux abords d’une jolie rivière, nous reprenons la route direction le Chili, notre objectif étant de passer la frontière dans la journée et d’entamer la remontée de la Carretera austral.

Mais ça c’était sans compter sur les humeurs de Don Pedro …

Quel est ce bruit soudain dans le moteur… On s’arrête, on vérifie tout. A priori tout est bon, mais pourquoi ce bruit, et pourquoi augmente t-il ?? Il nous faut un garage, mais où ?? On est au milieu de nulle part. On décide de continuer tranquillement pour rejoindre ce qui semble être le prochain village, à une soixantaine de bornes.

Manifestement trop idéalistes les zozos !
Ploc + ploc + ploc…. font un bon calage de moteur….
Plus rien, nada, walou …

C’est la m****

Allez on réagit. On sort deux sacs, on embarque des affaires et on marche, il nous faut trouver quelqu’un pour nous aider.

Non loin d’où nous sommes, une grande bâtisse. On décide d’aller voir pour demander où se trouve le lieu-dit que l’on voit sur la route, las « Horquetas ». On aperçoit quelqu’un, quelle chance. « Senor, nous avons un souci de voiture, il nous faut un garage, où se trouve « Las Horquetas », s’il vous plait ?? » Sa réponse, « c’est ici ». Ah… Mais il n’y a rien !! Il nous confirme. Il n’a pas de voiture, pas de réseau, pas de radio… Il nous dit de marcher quelques kilomètres pour atteindre une maison qui disposerait d’une radio, pour appeler un dépanneur … Super.

On se remet en route et on fait du pouce. Peu de voitures circulent mais la seconde qui passe s’arrête :) Et là on tombe sur la perle ! Le gars a une voiture plus qu’encombrée puisqu’elle lui sert de maison aussi mais nous fait de la place. C’est Craig, un argentin de Bariloche. Et guide de montagne grimpeur en plus ! Il se sent très concerné par notre souci et veut nous aider. Il décidera de revenir à notre voiture et de nous remorquer sur plus de 100km. Car avant aucun garage.
On finira à « Gobernador Gregores »…. retour en arrière pour nous. La « ville » que personne ne visite et qui, sans doute, n’est connue des voyageurs que pour sa station service!
Craig nous dépose à la station, appelle le seul garagiste du coin et ses contacts du coin.

A la station, on semble nous prendre de pitié… personne n’aurait envie de ça.
Sergio le garagiste se pointe et comme on s’en doutait, c’est la vraie m****, le moteur a serré ! « el motor fondo ! » comme il dit !

En plus, ce qu’on ne savait pas, c’est qu’en Argentine, presque pas de Hyundai, pas d’automatiques et des taxes exorbitantes sur les importations US de pièces mécaniques. En gros, il nous conseille de rentrer au Chili pour la vendre, de nous trouver un camion pour nous remorquer jusqu’à la frontière chilienne, soit environ 450km, et de trouver un garagiste dans la ville la plus proche ! AHhhhh !! No se puede !! C’est pas qu’on aime pas les challenges mais bon là ça commence à devenir un peu trop challenging pour un Don Pedro capricieux.

On se décide sans trop d’hésitation que le mieux va être essayer de lui refourguer le bébé. Il faut savoir qu’en théorie un véhicule chilien ne peut être vendu ailleurs qu’au Chili et autrement que sans passer devant notaire. Mais là on a ni le temps, ni l’envie, ni vraiment le choix.

Après plusieurs tractations, revers de situations… un mécano restant un mécano, chilien ou pas … il est d’accord pour nous la reprendre. Ouf ! Il trouve quelques billets, dollars et euros, et marché conclu !
Pour quand même se sécuriser un peu, on fera un petit passage au commissariat du coin pour obtenir un PV constatant que notre véhicule est hors service et qu’il sera repris pour pièces par le mécano du coin.

Tout ça nous aura quand même pris 3 jours, dont une bonne journée de loose dans le garage de monsieur, parmi d’autres vieilles carcasses et ses gars, en attendant le lendemain matin pour reprendre la route.
Car, c’est décidé, on repartira d’ici en stop jusqu’à la frontière chilienne, l’unique bus passant par ce bled, à 2h du mat, est hors de prix et ne nous amènerait même pas jusqu’à la frontière.
Il pleut, le top !! Mais on est remonté à bloc, on va rentrer au Chili et finir notre voyage comme il se doit.

Avant ça, il nous faudra faire tenir toutes nos affaires dans les sacs. Car forcément, comme nous n’avions pas prévu, nos sacs de rando sont à Santiago… Il faut que tout tienne dans nos 2 sacs de grimpe et un sur-sac. ça c’est aussi un challenge ! Un gros tri s’impose…

« Es la vida » comme ils nous disent ici. Et oui c’est aussi ça le voyage :)

 


 

Que M…ierda !!
Que M…ierda !!
Que M…ierda !!
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires

Sandra 21/02/2017 21:43

Que d'émotions tout ça! Bon je vois que c'est un peu plus compliqué que prévu mais que vous vous en sortez bien! Enjoy 'til the last day!